• Ecriture d'invention.

    Voici un petit quelque-chose écrit pendant... l'épreuve écrite de français des épreuves anticipées. Etant donné que j'avais fini avant tout le monde, j'ai eu envie de coucher sur une feuille de brouillon mes réflexions du moment.

    Le jus de fraise forme comme une mare de sang au fond de mon verre. Mon bras se lève, mais ma main tremble. Toujours, depuis quelques semaines déjà, un mot, un seul, semble hurler dans mon esprit: BAC.
    Comment aurait-il pu en être autrement ? J'ai connaissance de ce fait depuis toute jeune, alors que je jouais au petit jeu éponyme avec mes amis. Pour "faire grande". Mais tout cela s'est déroulé trop vite à mon goût. Hier, l'étude d'une problématique, aujourd'hui l'épreuve. 
    Soit. Je vais me montrer brave, courageuse, même si tout mon être tremble à cette idée. Les établissements scolaires me sont inconnus.

    Et puis, c'est l'arrivée devant le lycée, les regards se tournent vers moi, inquisiteurs, mauvais, presque. Ma différence les éblouit, les gêne. "Quoi ? Ne sait-elle donc pas que les sac-à-dos sont passés de mode depuis des années ?", "Comment ? Avez-vous donc vu ses chaussures à semelles plates ?"
    Certes, je l'admets, je le confesse: je ne possède ni escarpins ni sac à main Prada. Je viens simplement travailler. 
    Ca caquete sur mon passage, mais je décide d'ignorer ces bruits, qui pourtant m'irritent. Débandade dans les couloirs: où est ma salle ? Où suis-je ? Que suis-je donc venue chercher ici ? Je sais. Je suis venue me perdre.

    Enfin installée, c'est l'attente, puis l'angoisse se repose pour laisser place à une semi-confiance encore indécise, lorsque l'énoncé du sujet arrive sous mes yeux. Un vague sourire apparaît vugitivement sur mes lèvres. 
    Aisément, je réponds à l'unique question, envisage déjà quoi écrire pour l'écriture d'invention. Rapidement, comme sans entrave, je termine de recopier le tout au propre.
    Terminé. Terminé, alors que mes compagnons d'infortune n'en sont qu'aux balbutiements, font avorter des idées, composent. Le bruit des feuilles que l'on tourne forme une cacophonie incessante . Clic, fait un stylo, clac, lui répond la porte. 

    Le bureau est froid sous mon coude. L'ennui s'installe, alors je prends une feuille, un stylo (pas la porte...) et j'écris. Lentement, pour ne pas fatiguer ma main déjà endolorie par cette course à l'encre. Quelle heure est-il ? Où en sommes-nous dans ces quatre heures interminables ? Je pourrais sortir. Je ne le fais pas. J'ai peur d'avoir oublié quelque-chose. Mes yeux parcourent cent fois le fruit de mes efforts. Cela commence à s'agiter. Je ne suis plus la seule à attendre. Attendons encore, donc. 
    La douce lumière du dehors pénètre dans la salle. Je repense à l'horreur cauchemardesque ressentie pour la trouver. "Dans quelle série êtes- vous ?" - Littéraire. - Non, l'autre série. - Je ne sais pas. - Alors débrouillez-vous, je suis pressée." Puis, plus loin: "Que cherchez-vous ? - Ma salle. - Dans quelle série êtes-vous ? - Je ne sais pas. - Mais si, vous savez! - Non. - Littéraire, scientifique... ? - Littéraire. - Et bien, vous voyez!"
    Je vois ta fatigue, monsieur. Et tes dents jaunes. Mais ça, je ne lui dis pas. Je suis gentille. Et lui aussi.
    Les quatre heures touchent à leur fin. Je sors. 

     

    J'ai oublié de parler de la superstition dans cet écrit. Au départ, j'écoutais d'un oeil perplexe les récits des bacheliers. "Ciel, je me suis garée sur la même place de parking que l'année dernière! Je vais rater mon examen!", ou bien: "Oh non, j'ai oublié ma pièce de monnaire porte-bonheur!", ou encore: "Ma patte de lapin! Mon fer à cheval! Mon trèfle à quatre feuilles! Ma touffe de poils de chameau!". Je n'y croyais pas. Pour moi cela n'avait aucun rapport avec nos capacités qui, avouons-le, pèsent lourd dans la balance. Et puis ce matin est arrivé et, presque sans y prêter attention, j'ai fourré dans mon sac une figurine chinoise que ma maman m'a offert pour mon anniversaire cette année. Elle m'avait expliqué que (normalement) cet objet possédait un rôle de porte-bonheur. Histoire de ne courir aucun risque, je l'ai donc emmené, et il faut croire que ça a payé car le sujet donné pour l'épreuve faisait partie de ceux que je connais le mieux: l'utopie humaniste, l'Autre, la découverte de l'Amérique du Sud... j'ai conscience de basculer du côté obscur de la force, mais tant pis.

    « Center Parc...Magie »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 21 Juin 2012 à 00:12

    Très drôle, bien écrit (même si je considère les sacs à dos et les semelles plates comme pratiques et indémodables, et ne suis point seul). C'est bizarre, ma principale envoyée spéciale en série littéraire s'est elle-même plaint de ce sujet (et sa professeure avec elle). Elle a donc fini elle aussi à choisir l'aléatoire écriture d'invention (non sans angoisse).

    2
    Grabouilleuse Profil de Grabouilleuse
    Jeudi 21 Juin 2012 à 09:42

    Comme quoi Kvardek, tu fais partie des gens bien! ^^

    Pour moi l'écriture d'invention ce n'était point une alternative, mais bel et bien le plan A! Bien que la dissertation se serait peut-être bien passée, mais je ne voulais pas prendre le risque de faire un hors sujet, par exemple (ou de ne plus savoir quoi raconter en plein milieu).
    Ton envoyée spéciale s'est plaint du sujet en lui-même ? Elle l'a trouvé trop compliqué ? :/ 

    3
    Vendredi 22 Juin 2012 à 11:39

    Elle s'est plaint de la limitation du sujet de dissertation à la Renaissance. Elle s'est aussi plaint du reste mais ça c'est normal uh uh.

    4
    Grabouilleuse Profil de Grabouilleuse
    Vendredi 22 Juin 2012 à 11:47

    Ah ça, y en a qui ne sont jamais contents... ^^

     

    5
    Samedi 23 Juin 2012 à 11:33

    Je ne sais pas pourqoi, mais je me reconnais dans ce que tu écris. Va savoir pourquoi puisque j'ai que 15 ans et que je n'ai même pas encore passer mon brevet ^^

    6
    Grabouilleuse Profil de Grabouilleuse
    Samedi 23 Juin 2012 à 18:24

    Peut-être parce-que tu l'appréhendes autant que moi je l'ai appréhendé ?... 

    7
    Samedi 23 Juin 2012 à 19:34

    Peut-être... Surtout que je passe pas le brevet dans mon collège habituel !

    8
    Grabouilleuse Profil de Grabouilleuse
    Samedi 23 Juin 2012 à 21:12

    En effet ça doit être d'autant plus inquiétant pour toi! ^^

    9
    Dimanche 24 Juin 2012 à 22:05

    Tout comme toi pour le choix de l'écriture d'invention... c'était le plan A pour moi, et le plan B ou même C n'existait pas !

    Je n'ai pas trop le temps de réagir à tes deux derniers billets...

    Mais je suis certaine que tu t'es bien débrouillée :-). Épreuve suivante maintenant ! Bon courage pour tes dernières révisions :-)

    10
    Grabouilleuse Profil de Grabouilleuse
    Dimanche 24 Juin 2012 à 22:07

    Merci beaucoup, Anne! ^^

    11
    Dimanche 1er Juillet 2012 à 11:54

    J'ai passé mon brevet et je suis enfin en vacances !!! C'était pas si terrible que ça en fin de compte ! ^^

    12
    Grabouilleuse Profil de Grabouilleuse
    Dimanche 1er Juillet 2012 à 12:00

    Ah, et bien tu vois! ^^

    13
    Dimanche 1er Juillet 2012 à 12:02

    La prochaine étape c'est le lycée. Je passerai de 200 élèves au total dont 2 classes de 3ème de 17 élèves à un lycée avec une dizaine de classe de seconde avec des élèves que je ne connais pas. En plus je suis timide Là c'est vraiment l'angoisse !

    14
    Samedi 7 Juillet 2012 à 22:16
    J'aime bien cette article . Mais la police est très petite.Mais j'aime bien
    15
    AnoNim Profil de AnoNim
    Mercredi 29 Août 2012 à 17:33

    C'est super bien écrit ^^

    (Je m'y retrouve un peu ^^)

    Pour moi, le bac de français, c'est l'année prochaine, mais on a déjà fait des dissertations et des commentaires composés en cours. Ainsi que des sujet d'invention =P C'est ce que je préfère aussi.

    En tout cas, joli post!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :